LA FEERIE DU CERCLE POLAIRE | LAPONIE SUÉDOISE

Carnets de voyage
Par Aude Coural | Février 2020 | Carnet de Voyage, LAPONIE SUÉDOISE
Mais avant la lecture, la vidéo de notre Road Trip en Laponie Suédoise, en 5min :

JOUR 1 | TRAJET AVION 

[Samedi 22 février 2020]

Trajet du jour : 20 [22km]

Les débuts d’un voyage magique se font sentir… après une courte escale à Francfort et Stockholm nous posons enfin les pieds sur le sol Laponien. L’air est frais, mais pas autant qu’on le pensait… foutu réchauffement climatique. Passer de -25 à un petit zero d’une année sur l’autre ça fait froid dans le dos !

On se dirige vers notre Airbnb après avoir récupérer la voiture de location. Première fois que l’on récupère les clés via une machine tout automatisée qui scanne notre permis. Sur la route on s’aperçoit que les magasins d’alimentation sont ouvert jusqu’à 23h parfois. Nous passons donc acheter à manger pour ce soir et pour le petit déjeuner de demain. Hâte de découvrir les lieux au petit matin et rejoindre l’office de tourisme pour la visite d’un lieu assez singulier… 

📍Airbnb chez Silje, à Luleå 💰66€/2p

JOUR 2 | LULEA

[Dimanche 23 février 2020] 

Trajet du jour : 2h [170km]

VILLAGE ÉGLISE DE GAMMELSTAD

Beatrice nous a donné rendez-vous à 9h30 pour une visite guidée d’un village église !

Un peu d’histoire :

Qu’est-ce qu’un village église ?

La ville église de Gammelstad est un exemple exceptionnel d’une ville église traditionnelle du nord de la Scandinavie. Elle illustre de manière remarquable l’adaptation de l’urbanisme traditionnel aux conditions géographiques et climatiques particulières qui prévalent dans un environnement naturel difficile.

Le 7 décembre 1996, l’UNESCO a inscrit la ville Eglise de Gammelstad sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’humanité.. L’UNESCO a élaboré plusieurs conventions et recommandations pour la conservation de la nature et de la culture. L’un d’eux est la « Convention sur la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel », adoptée en 1972 et ratifiée par la Suède en 1985. Elle vise à protéger de la destruction les parties les plus précieuses des trésors naturels et culturels de la Terre. Un site du patrimoine mondial est un environnement culturel et naturel unique qui témoigne de l’homme ou de l’histoire de la terre, de telle manière qu’il est considéré comme revêtant une importance universelle pour l’humanité, les générations présentes et futures.

Sur un total de 71 villes ecclésiastiques en Suède, seulement 16 subsistent. La plupart d’entre elles sont des vestiges de ce qu’elles étaient autrefois. Gammelstad possède la plus grande ville ecclésiastique du pays datant de 400 ans et la mieux conservée avec 405 cottages qui contiennent 553 chambres. Le site du patrimoine mondial comprend les bâtiments de valeur historique, un total de 520 bâtiments protégés, des routes, des terrains archéologiques et la pratique séculaire de passer la nuit le week-end dans les cottages de l’église.

C’est l’endroit où Luleå a été fondée et est passée d’une petite église et d’une place de commerce à une vraie ville. La ville a été déplacée au 17ème siècle, et c’est alors que les gens ont commencé à appeler ce lieu : «Gammelstad». Les cottages se transmettent et se conservent jalousement de génération en génération pour ne pas perdre la tradition. Ces cottages ont des règles très strictes et ne peuvent pas être aménagés ou loués. La vente est autorisée uniquement entre famille Norvégienne. Pour la petite histoire, les chalets de l’église ont été construits par les agriculteurs des villages, qui étaient situés à plus d’un kilomètre de l’église, afin d’avoir un pied à terre pour pouvoir se rendre à la messe du dimanche. La ville église était l’endroit idéal pour rencontrer des amis et des connaissances d’autres villages. Avec le temps, les rassemblements d’église deviennent des week-ends de jeunesse. Les parents donnaient la clé du chalet a leurs enfants, les filles restaient à l’intérieur, accoudées aux fenêtres, les garçons se baladaient dans les petites ruelles et dès qu’une fille leur tapait dans l’oeil, ils toquaient au carreau. Si le garçon en question plaisait à la fille il était invité à rentrer et passer la nuit avec elle afin de discuter et de se découvrir. (tout habillé bien sur, avant c’était pas avant le mariage ! Même si j’ai quand même du mal à le croire). Beaucoup de nouvelles relations ont été nouées pendant ces week-ends, et certaines d’entre elles ont ensuite conduit au mariage. 

Vous avez la possibilité de réserver une visite guidée en ligne en payant sur place ou directement. La visite est soit en Suédois soit en Anglais mais sur demande il est possible de la réaliser en français. Des audioguides sont aussi proposés avec une carte ou des visites privées de groupe.

Nous avons été invité par l’office de tourisme afin de leur envoyer quelques photos, vidéos, et parler d’eux dans notre blog et sur nos réseaux. Nous sommes vraiment étonné par la beauté des lieux mais aussi par cette histoire captivante et unique. Beatrice est passionnée et ça se ressent tellement, que je dirais que cette visite guidée est incontournable si on passe à Luleå. Je ferais même un détour si ce n’était pas le cas !

⛪️ Gammelstad – Visite guidée (possible en Français) 

RDV au Visitor Centre de 9h30 à 10h30 💰20€/2p (200 SEK)

CATHÉDRALE DE LULEA

On passe par la Cathédrale de Luleå située dans le comté de Norrbotten, toujours au Nord de la Suède. On fait le tour en marchant et on se dirige vers l’agitation que l’on perçoit de loin. Une course de patinage de vitesse sur glace à même le lac. Un événement gratuit, qui rassemble une foule de famille, et plutôt insolite à voir.

Il est temps de prendre la route car 170 bornes nous attendent pour rejoindre notre logement. Afin d’économiser un maximum sur les courses, nous faisons un arrêt au COOP du coin avant de quitter Luleå. En équivalence COOP c’est un peu comme Liddle en France. Alors ça vaut le cout, si on prends uniquement la marque COOP évidemment. Nous avons dépensé 89€ (935SEK) pour tout le séjour ! Les couleurs du coucher de soleil sont époustouflantes… Nous faisons des arrêts forcés tellement c’est beau et profitons du calme que nous offre la nature. Lorsque l’on arrive deux heures après, il fait nuit. La propriétaire nous accueille, nous montre notre petit bungalow tout équipé comme il faut et nous laisse nous installer. Le repas est simple mais nous réchauffe. Après avoir regardé les prévisions météo pour les aurores boréales, on se décide à tenter notre chance. Nous savons pertinemment que les nuages bouchent la vue et que la probabilité est juste quasi nulle, mais on le prend comme un entrainement et on se cale au lac de l’autre côté de la route. Seule la lumière de voiture nous éclaire pour trouver un endroit où je peux poser mon trépied enfoncé dans la neige. Les températures négatives chutent un peu plus et avec le vent je ne sens déjà plus mes doigts… J’ai réalisés les réglages en amont, au chaud dans le chalet. Question d’habitude, je sais maintenant comment commencé : ISO 1600, F4 OU F2,4 (toujours le plus bas possible, en fonction des objectifs) et 10 sec de pose. J’avise sur place en fonction des premières photos. En plus du trépied, je rajoute un retardateur de 2s ou 5sec en fonction du vent et des conditions. Les premières photos sont pas tellement gratifiantes et les nuages nous empêchent de voir le ciel. Le vent glacial pénètre par rafale sous nos vêtements, ce n’est vraiment pas très agréable. Puis un endroit un peu découvert nous donne l’impression d’être teinté d’une légère couleur verte. Je change l’axe de l’appareil, quelques réglages après, c’est bel et bien une aurore. Certes cachée derrière les nuages mais une Aurore. Après quelques minutes d’observation on se fait à l’idée que les nuages ne disparaitrons pas comme ça. Nous rentrons au chaud et après un petit thé, direction le pays des rêves dans un lit tellement moelleux que je me serais cru sur un nuage.

📍Skabram Camping & Stugby, à Jokkmokk 💰62€/2p

JOUR 3 | GALLIVARE, KIRUNA, LES AURORES ET LE SAUNA

[Lundi 24 février 2020] 

Trajet du jour : 2h30 [215km]

Le petit déjeuner se déroule dans le calme, à regarder la nature par les larges fenêtres. 

Le musée ÁJTTE que nous souhaitons visiter est fermé malgré les horaires marqués sur le guide. Comptez 15€ pour 2 personnes. Si vous avez la chance de pouvoir y rentrer, le restau local est excellent parait-il. La boutique de souvenirs « Sameslöjdstiftelsen Sami Duodji » est elle aussi fermée… Ce sont des objets traditionnels créés localement, on y tenait un peu mais tant pis. A la place vous pouvez soit aller à la mine de fer de la LKAB à 1h de route, mais j’ai du mal à donner de l’argent à quelque chose qui participe à la pollution massive de la planète. D’après les retours des gens que nous avons rencontré, ça n’en vaut pas tellement la peine et c’est plus un attrape touristes qu’autre chose. Mais à vous de voir encore une fois ! On décide d’emprunter une route inconnue, en apercevant un petit sentier enneigé on part se balader à pieds, la tête dans les sapins…

On reprends la route jusqu’à l’Office de tourisme de Gällivare se trouvant à l’intérieur d’une gare une fois de plus atypique. On visite un petit musée gratuit à l’intérieur relayant la façon de vivre des Samis, des objets ancestraux et histoires cultes. On récupère une carte de promenades à l’accueil, et après s’être rapidement restauré dans la voiture on part visiter les alentours. Au détours d’une petite église tout de jaune vêtue, des gens pratiquent du ski de fond, de la moto de neige et d’autres courent dans la neige. Il est 16h, le soleil à déjà bien entamé sa longue descente. Ses deux petites heures de promenade accomplies, les routes bitumées laissent place à des routes enneigées totalement, une heure et demi plus tard nous atteignons notre logement. 

L’accueil très chaleureux nous mets dans l’ambiance de la soirée. Cette femme est incroyablement forte, souriante et généreuse. Elle essaie de placer quelques mots en français, elle nous raconte avoir un ami en France et adorer ce pays. Rajoutant qu’elle préfère le Sud car à Paris « les gens ne sont pas souriant du tout ». Ça nous fait sourire.. On se retrouve dans une sorte d’auberge de jeunesse avec salon, cuisine, salle de bain, toilettes et 4 chambres. On décide de manger afin d’être prêt pour les aurores incroyables que l’on va voir. Ce ciel fou ! Je regrette de ne pas être équipée d’un grand angle car j’aurais eu un arc de cercle parfait… A par le fait que la plupart essaie en vain de prendre des photos avec le flash et m’éclaire 10 fois en 5 secondes au passage, le moment était chouette. Mais c’était sans savoir que j’allais faire une boulette et oublier de sauvegarder toutes ces photos sur mon mac en rentrant. Trop de fatigue… Bref j’ai tout perdu (je vous cache pas que j’ai eu envie de pleurer quand je m’en suis rendue compte). Mais les souvenirs sont dans ma tête c’est le plus important (y paraît) ! 

Avant d’aller dormir, quand on a bien froid, on se jette dans le sauna. D’ailleurs, en ouvrant la porte j’ai fais un vol plané par terre. A mourir de rire… Le sauna se trouve sur un lac gelé et devant la porte c’est glissant comme jamais. Équipés de nos maillots de bain en dessous, on se prépare dans le sas et on rentre dans le sauna. Quel bonheur ! On aperçoit le ciel étoilé à l’extérieur, et les gens autour du feu qui rigole des blagues de l’un et de l’autre. Puis le moment tant attendu arrive : le bain d’eau glacé ! Une trappe à l’intérieur du sauna découvre les eaux foncées du lac. Un seul mot : GELÉ. Effectivement j’avais du mal à imaginer rentrer complètement dans cette eau congelée. On se met le plus haut possible dans le sauna, on fait monter la température intérieure en mettant régulièrement de l’eau sur les pierres chaudes pour transpirer au maximum et atteindre une température proche des 60-70 degré. Nous sommes trempés comme si nous avions prit une douche. Quand William (@Wild_travel_boy) n’en peut plus, il se lance et ouvre la trape. J’ai essayé de filmer comme j’ai pu avec mon iphone, (mais il faut savoir que vous devez rentrer le téléphone en meme temps de vous dans le sauna pour qu’il s’adapte et afin d’éviter la buée. Laissez le, le plus bas possible pour qu’il ne surchauffe pas non plus). C’est mon tour. Je ne peux pas croire que je vais le faire, mais je ne peux me résoudre de passer à coter de cette tradition ancestrale. Alors, je bétonne mon mental et me glisse dans l’eau qui tétanise immédiatement mes orteils, mes pieds et remonte le long de mes jambes, mon buste et mes bras. Je m’immerge jusqu’au cou et je ressors aussitôt ! Wahou… Attendez quelques secondes et vous ressentirez les bienfaits dans votre corps. Une sensation unique de puissance et de vitalité. Quelle expérience incroyable, je veux recommencer. Je vous jure ! Moi qui pensait ne pas réussir, c’est tellement bon qu’on veut recommencer de suite. Et c’est aussi le cas de Wiwi déjà entrain de faire remonter la température du sauna. Lorsque la transpiration est à son maximum, il se replonge dedans et reste 5secondes. Je fais pareil et essaie de rester au maximum. Mais lorsque je sors, des picotements se font ressentir dans les jambes : ça brule un peu, mais très léger. Et à nouveau cette sensation de bien être qui remplit le corps, fait vibrer toutes nos cellules et nous fait nous sentir tellement plus vivant, réapparait. Oh la la ! On va pas passer la nuit à faire ça quand même. On décide après s’être réchauffer une dernière fois de sortir, se sécher et se rhabiller. Lorsqu’on quitte le sauna, je prend d’extrême précaution afin de ne pas me vautrer une nouvelle fois à terre. Le ciel étoilé nous accueille et nous berce déjà. Une bonne douche et au lit ! On ne va pas vous cacher que l’isolation est quasiment nulle et que nous avons entendu toute la nuit des filles vomir dans les toilettes d’à côté. Elles ont peut trop abusées sur l’alcool… 

Qualité médiocre effectivement, mais je me devais de partager…

📍 Camp Alta Kiruna, à Kiruna 💰48€/2p

JOUR 4 | VISITE DE KIRUNA ET SES ALENTOURS

[Mardi 25 février 2020] 

Trajet du jour : 2h [160km]

Après un bon petit déjeuner face aux grandes fenêtres donnant sur le lac et les sapins enneigés, on sort faire quelques plans de drone. 

JUKKASJÄRVI KYRKA

On reprends la voiture, l’édifice que l’on part visiter est vraiment à part. J’ai encore jamais vue une église pareille. De l’extérieur elle ressemble plus ou moins à toutes les petites église de Laponie mais quand on passe les portes, c’est un autre monde ! Des couleurs improbables aux notes chaleureuses remplissent l’espace. On passe du froid polaire à une chaleur polynésienne. Pas à proprement parler mais  littéralement. Des peintures représentants des personnes me faisant penser à Tahiti. Allez savoir pourquoi, alors que c’est l’Eglise la plus ancienne de Laponie (datant de 1608). A l’intérieur, au dessus de l’entrée se trouve un orgue en Bouleau. Un tambour chamanisme est suspendu en son centre, qui mêle le symbole du soleil Sami et une croix chrétienne. L’orgue a trois sons : un chant d’oiseau, le tambour et le brame du renne. Petit détail macabre, sous le sol sont enterrés les restes momifiés de villageois morts au XVIIIe siècle.

⛪️ Jukkasjärvi Kyrka (gratuit)

A côté ce trouve Nutti Sámi Siida… Je ne vais pas m’attarder dessus, mais c’est un parc à rennes que l’on peut visiter avec un « guide sami » pour découvrir l’élevage et des habitations traditionnelles. C’est l’usine à touristes, une foule de gens qui font la queue. Honnêtement, on apercevait les rennes de derrière l’Eglise et j’avais plus l’impression de voir un zoo qu’autre chose. Vous pouvez payer un peu plus pour donner à manger aux rennes afin d’avoir une photo etc mais non merci, très peu pour moi. Si vous me lisez souvent, vous me connaissez un peu et vous savez que j’ai du mal avec les animaux en captivité. Le tourisme dont on profite sur le dos de ces animaux, m’exaspère par dessus tout. Je préfère largement en voir dans la nature par chance ou avec un guide qu’enfermé derrière des barbelés où la finalité reste la même et termineront dans vos assiettes. Bref chacun voit les choses comme il veut, je ne suis pas là pour faire la morale, mais vous donner mon avis.


ICE HOTEL

 La curiosité la plus célèbre de Suède : l’hôtel de glace. Chaque hiver, des blocs de glace sont arrachés au fleuve Torne afin que des artistes du monde entier sculptent les chefs d’oeuvres qui trônerons fièrement dans chaque pièce. Possibilité de visiter et même de dormir sur des peaux de rennes. Attention, nous avons posé la question à des gens qui y ont dormi et en Suède comme en Finlande on nous a répondu la même chose : « ces chambres froides semblables à des igloos recèlent de beauté, mais sont horriblement froides et les gens ont terriblement mal dormi voir pas du tout tellement il faisait froid. » Alors à vous de voir ! Les prix vont vite vous mettre d’accord car on dépasse les 300€ à 800€ la nuit…

❄️ Ice Hotel (10h-18h) 💰66€/2p (698SEK/2p)


KIRUNA KYRKA

Quelle magnificence ! On ne s’attendait pas vraiment à ça. Ici les Églises sont juste incroyablement différentes de ce que l’on connait. D’une beauté naturellement brute. S’il y a bien une chose à voir à Kiruna c’est cette Eglise. Consacrée en 1913, elle s’inspire de la forme des Kåta (huttes) Sami. Toute de bois vêtue, elle est ornée de quelques sculptures en or assez impressionnantes. Mais lorsqu’on entre c’est une deuxième claque… une merveille architecturale ! Des colonnes de bois massives avec des vitraux laissent passer des rayons de soleil vert. Un orgue gigantesque trône au dessus de l’hôtel, une symétrie parfaite, j’en reviens vraiment pas. Pour moi, une des plus belles églises que j’ai pu visiter.

⛪️ Kiruna Kyrka (Gratuit)

Le temps passe si vite en voyage… on a de la route pour aller récupérer les clés de notre logement et une activité pour voir les aurores boréales prévue pour ce soir. Premier arrêt dans ces contrées perdues mais si féerique… Décidé à reprendre la route, on souhaite s’y tenir, mais croyant apercevoir des rennes on se gare en vitesse, et on commence à s’enfoncer dans des champs de neige a perte de vue avec de petits arbres gelés. C’est plutôt une expédition plus qu’une ballade, la neige nous arrive à la taille et la progression est plus que ralenti. (On persévère à quatre pattes afin de moins s’enfoncer). Des rennes ! Dans un un enclos immense. Certes c’est la même chose que nos vaches en France mais j’ai quand même un léger pincement au coeur. Après quelques clichés et un fou rire mémorable, on se remet en route. (Pour le fou rire regardez l’Highlight de la Suède sur mon compte Instagram). Il fait beau nous sommes plutôt optimiste. Mais tout ne se déroule pas comme prévu. Les 1h40 de route se transforme vite en deux bonnes heures. Une tempête se lève et la visibilité est fortement réduite : on ne voit pas à 2m. La progression est lente. Des rafales de neiges balayent la voiture toutes les 5 secondes. On commence à appréhender l’expédition de ce soir. 

Rennes en Laponie.

Un peu d’histoire : 

Riksgränsen, nichée à la frontière norvégienne, à 200km au nord du cercle polaire arctique est une station de ski. Aussi petite quelle soit, c’est le seul endroit de Suède où les skieurs peuvent faire un aller retour de Norvège dans la journée. A l’époque, la quantité de neige était telle que la vie y été quasiment impossible. Les 500 habitants ont du déménager. Mais avec l’achèvement de la voie ferrée entre Narvik et Kiruna, le sort de ce lieu changea du tout au tout et deviens une station de ski très prisée où l’on y trouve tout ce qu’il faut. En mai, une sortie en ski est proposée entre 22H et 00h sous le  soleil de minuit, ça doit être une expérience exceptionnelle ! Tous les ans, en mai, le championnat de ski « Big Mountain Championships » s’y déroule pour le bonheur du pays..


L’AURORA SKY STATION OU L’ACTIVITÉ D’ATTRAPE TOURISTES PAR EXCELLENCE.

Petite aparté refermée. On ne voit rien avec cet épais brouillard de neige, on récupère les clés et on règle les frais pour les draps. C’est une manière très courante ici de louer les draps en plus. N’ayant pas de duvet, pas le choix. On s’installe, on mange rapidement et on repart aussitôt. Il fait nuit, il neige toujours mais le vent est tombé. Il faut compter moins d’une trentaine de minute pour rejoindre Abisko. L’activité est prévue de 21h à 1h du matin. On aurait très bien pu dormir là-bas, mais les hébergements sont hors de prix. On s’est dis qu’on pouvait très bien faire 25min de route en plus, afin d’avoir un meilleur rapport qualité prix. On a pas regretté. Par contre, on a regretté l’activité comme jamais ! Quelle déception… On a quelque minute de retard, on rejoins en marchant le téléphérique du parking en une dizaine de minute. On aperçoit quelques étoiles mais les nuages sont bien présent. Finalement y a la queue pour monter. Le sas est surchauffé, on enfile une combinaison dans laquelle tu transpires toute l’eau de ton corps mais que tu supporte bien sur le télésiège. Trente minute de montée… En deux mots : long et frigorifiant. Arrivé en haut on pensait avoir un guide qui nous explique plein de chose, un thé ou un café pour se réchauffer à ce prix là, mais rien de tout ça. La cabane bar/restau permet de se réchauffer et acheter à boire ou a manger. C’est blindé. On se marche les uns sur les autres, les canapés on été prit d’assaut mais ça m’est égal, je prépare le matos photo et on ressort. Le ciel est voilé. Les nuages gâchent tout, y a rien à voir à part peut être la ville en bas, mais c’est un peu au bonheur la chance pour les aurores. On savait que si on annulait on ne serait pas remboursé pour de mauvaises conditions météos. Et actuellement je ne trouve pas correct de ne pas prévenir les gens par mail et proposer un remboursement. Si il y avait possibilité de remboursement on aurait annulé et on ne se serait pas déplacé au vu du mauvais temps. Mais quitte à payer un prix indécent pour l’activité on a fait l’effort. En gros, on paye 162€ pour deux personnes pour un putain de télésiège !! Quelle arnaque… Publicité mensongère : « selon le Lonely Planet, cette station est le meilleur endroit au monde pour admirer les aurores boréales ». Je ne suis tellement pas d’accord… peut être qu’il y a plus de chance d’en apercevoir ici, mais c’est de loin le lieu le moins joli où l’on ait pu se poser pour chasser les aurores. Moi je dis attrape touriste, que ça plaise ou non. 

🌌 Aurora Sky Station STF (21-1h)💰162€/2p (1690SEK)


CONSEILS AURORES BOREALES :

Le soir, après avoir mangé, regardez les prévisions d’aurores, il y a plusieurs applications que vous maitriserez petit à petit (My Aurora Forecast est notre préférée). Si elles sont favorables, observez le ciel. S’il n y a pas de nuages et que seules les étoiles brillent au dessus de vos têtes, glissez une lampe torche dans la poche de votre manteau, craquez des chaufferettes, cherchez un lac proche de vous sur la carte, loin des habitations pour éviter la pollution lumineuse puis faites les premiers réglages de l’appareil comme je l’ai expliqué un peu plus haut. Habillez vous en conséquence, glissez les chaufferettes bien chaudes à l’intérieur de vos gants, ainsi que vos chaussures et collez en une au bas de votre dos si vous en avez. Prenez votre voiture et rendez vous sur les lieux. Attendez soit dans la voiture soit vous marchez dans la neige et vous calez le trépieds à l’endroit de votre choix. Objectif pointé toujours vers le nord, et attendez. Profitez du calme et des étoiles. Sauf si elles dansent déjà dans le ciel… vous n’avez plus qu’à savourer ce moment unique, ses sensations étranges, inconnues qui se succèdent dans votre corps et votre esprit mais un bien être absolu. L’observation d’aurores boréales est pour nous une des plus belles choses à laquelle on ait eu la chance d’assister. C’est toujours un moment hors du temps, presque magique… Mais vous comprendrez quand vous le vivrez ou si vous l’avez vécu comme nous. Si vous n’en voyez pas ce soir là, ne vous découragez pas. On a parfois attendu plus de deux heures dehors sans rien voir et parfois au bout de ces deux heures elles sont apparues comme par miracle. Il faut de la persévérance, beaucoup d’espoir mais surtout être bien habillé car sinon vous aurez l’impression de perdre vos orteils ou vos doigts. 


Une explication exceptionnelle de : « Qu’est qu’une aurore boréale ? » et « Comment se forme-t-elle ? » sur l’office de tourisme de Suède ou sur ce site dans une vidéo en anglais.

Je parlais de la montée frigorifiante mais c’était sans avoir vécue la descente… Il est 00h. Accumulant fatigue, déception, colère, lassitude et température négative extrême s’en est trop. Les bourrasques de neige nous fouettent le visage, le vent s’insinue à l’intérieur de nos tenues malgré la qualité de celles-ci, on tremble de la tête aux pieds durant les 30min de télésiège, un enfer. On quitte cet endroit, à pieds et nous nous retrouvons sous les étoiles que l’on aperçoit à travers l’épais manteau blanc au dessus de nos têtes. On relativise comme à chaque fois, mais je regrette un peu mon choix. C’est le seul soir où l’on a pas vu d’aurores et c’est pourtant le seul soir où on a payé une blinde pour les voir. Allé je vous promet que je vais m’en remettre. Le trajet nous réchauffe et le lit nous tend les bras en rentrant. On s’endort sans commentaires.

📍Katterjokk Apartments, à Riksgränsen💰114€/2p

JOUR 5 | BALLADE À CHEVAL À LA RECHERCHE D’ÉLANS ET AURORES BORÉALES

[Mercredi 26 février 2020] 

Trajet du jour : 1h40 [130km]

Etant rentré à une heure du matin, le réveil pique un peu. Mais pas le temps de trainer, une autre activité nous attends et j’ai hâte d’y être ! On a moins de deux heures de route, mais avec ce brouillard épais, je me rends vite compte qu’on risque d’être en retard. 7h30 : en voiture Simone. Et nous voila parti.

Premières lueurs du jour…

SAFARI À LA RECHERCHE D’ÉLANS À CHEVAL

Rendez-vous à l’office de tourisme. On embarque à bord d’un van de 9 personnes, étant les derniers, les deux places à l’avant nous accueillent. Les décors changent, la ville s’éloigne dans les rétroviseurs, laissant les sapins draper le paysage. On discute comme on peu avec les autres voyageurs et notre « guide » nous raconte que nous sommes dans la région la plus peuplée d’Élans. Ceci étant grâce à la variété de sapins dont ces cervidés raffolent. Le lichen qui pend le long des branches est la nourriture de prédilection de ces Élans. Dès notre arrivée à la ferme, on est directement dans le bain, des Élans broute du foin ou font la sieste en plein milieu des champs, en totale liberté. Pas besoin de vous faire un dessin. On rencontre l’équipe et les chèvres qui font partie intégrante de la famille, puis on part récupérer nos chevaux Gneisti et Soley dans le près afin de les préparer pour l’expédition. En selle moussaillon, un pied dans l’étrier, une jambe par dessus, et l’expédition peu commencée ! Une fois la route traversée, la foret ouvre ses portes aux curieux que nous sommes. Quelques mètres et on aperçoit une famille d’Élans entrain de se reposer. Difficile de capturer ces instants avec une main tenant les rennes et une sur l’appareil. Le cheval s’enfonce dans la neige par à-coups me faisant bouger inévitablement. Une heure de ballade régénérante dans la forêt. Même s’il s’agit d’une activité touristique, elle est plutôt réussit car aucun bruit se fait ressentir dans la foret à part le craquement de la neige gelée sous les sabots de nos amis les équidés. Chaque voyageur respecte le silence et le calme du moment… On croise deux rennes sur le retour pour notre plus grand bonheur. Malgré la distance c’est un plaisir d’en apercevoir et on rentre conquis. Un peu froid aux pieds qui restent immobiles à l’intérieur des étriers mais conquis. Des Élans sont à l’entrée du domaine et j’en profite, après avoir rapidement libéré mon cheval de son équipement, pour aller prendre quelques photos. On se réunit dans une pièce pour prendre un bon repas. Pour ce réchauffer en Suède, y a une boisson traditionnelle très sucrée à base de fruits rouges excellente. Du pain suédois accompagne une soupe à tomber par terre avec différentes entrées. Des potatoes maison sont servit avec de la viande de rennes. Pas d’affolement, je suis végétarienne et je n’en ai tout simplement pas pris. Il y a assez à manger ne vous inquiétez pas. Ils vont chasser le renne et l’Élan beaucoup plus loin pour garder les populations de cervidés proche de chez eux. Ici, les gens de « la campagne » n’achètent pas beaucoup de viande mais vont la chercher eux même. Ils en mangent donc moins souvent et évitent de ce fait, d’alimenter l’élevage intensif. Le dessert est très bon, rien à redire nous sommes conquis. Durant le repas, il s’avèrent que des français sont à table en face de nous. Un père et sa fille de 27 ans par là. On commence a discuter de leur parcours en Suède puis on dérive sur les voyages en général. On échange beaucoup sur les destinations polaires et ce qu’elles nous apportent. Le repas se termine sans qu’on s’en rende vraiment compte, c’est super sympa. William me presse pour aller prendre les Elans en photo mais j’aime trop discuter et rencontrer de nouvelles personnes. L’heure du départ sonne, on remercie tout le monde et on quitte les lieux. 

 Un peu d’histoire : 

Longuement chassés et localement exterminés par l’Homme, l’Élan ou original, a peu à peu été confiné en zone circumpolaire. Des preuves archéozoologiques montrent que l’élan été présent dans pratiquement toute l’Europe de l’Ouest, il y a environ 800 000 ans, puis présent partout, dont en France en même temps que le renne. Des ossements ont été trouvé dans une grotte du département de l’Aude, dans les Pyrénées, en Espagneen Italie et au-delà des Alpes. Depuis que sa chasse est mieux contrôlée, et que des programmes de réintroduction et de protection lui ont été consacrés, des populations se sont localement reconstituées dans certaines régions. Comme : au Canada, en Russie, en Sibérie, en Tchécoslovaquie et en Pologne. Et la question qui revient le plus souvent : Élan ou Orginal ? Pour que ce soit plus clair, l’Alces est le plus grand mammifère ruminant de la famille des Cervidés, dont les représentants sont communément appelés élan pour les individus de Sibérie et de Scandinavie, et original pour les individus d’Amérique du Nord.

🏇🏼 Ofelaš Icelandic horses + repas : RDV Office tourisme 9h20 – 14h50 💰381€/2p (3990SEK/2p)

Sur la route des douces lumières…

Une bonne heure de route plus tard, nous revoilà sur le parking de l’office de tourisme. Il est 15h, on prends une petite heure pour découvrir le coin et en croisant un tatoueur, craquage on décide de voir s’il à un créneau de suite. Surpris, il vérifie mais il attend un client. Dommage on avait une petite idée qui nous taraudait depuis un moment.. Bref ! On repart vers notre logement. Le soleil se couche rapidement, de jolies couleurs rosées et violettes colorent les lieux et la route bitumée laisse place à un chemin totalement enneigé. Quel bonheur de sillonner entre les sapins sur une épaisse couverture de neige. Ce sont les moments que je préfère. Le temps que William aille garer la voiture je cours capturer les dernières lumières du coucher de soleil. Mes doigts et tout mon être sont congelés. Rentrant dans notre petit chalet que l’on partage a 7 (4chambres), mon chéri n’est toujours pas là. Étrange.. j’ai reçu un message qui me dit de venir vite au parking. Je sais immédiatement sans qu’il ait besoin de me l’écrire qu’il s’agit d’animaux. J’attrape mon trépied, fixe rapidement mon appareil dessus, et ressort en trombe sans prendre le temps de lasser mes chaussures. Plus personne au parking. Je l’appelle et m’avance lorsqu’une ombre (plus grande que moi) me surprend sur la gauche. Un Élan. Il doit être à 5m de moi, et doit dépasser les 2m. Je ne bouge plus. (Il faut savoir que les Élans, bien qu’ils soient végétaliens et aient la plupart du temps peur de l’Homme, peuvent devenir très violent voir dangereux s’ils sentent leur progéniture ou famille en danger.) Je commence à me rassurer de l’apercevoir seul, jusqu’à ce qu’un mouvement sur la gauche me certifie que c’est une petite smala qui se ballade ensemble ! Merde. L’animal ne m’a pas quitté des yeux depuis mon arrivée bruyante. Je baisse la tête et décide de reculer lentement en diagonale pour m’éloigner le plus possible d’eux. Le mâle (beaucoup plus grand que les deux autres) décide alors de s’enfoncer tranquillement dans la foret, rassuré de voir que je ne suis finalement pas une menace. Petit à petit je retourne vers eux en gardant mes distances. Je plante mon trépied dans la neige pour capturer cet instant magique. Ils partent s’installer au pied d’un arbre et s’allongent. La nuit tombent rapidement et je règle l’appareil en fonction. J’observe cette famille d’élans au milieu de la foret Suédoise, au dessus du cercle polaire arctique et me rend compte de la chance que l’on a de vivre des moments comme ceux-là. Je décide de m’approcher d’avantage et William revient enfin. Surpris, les Élans se relèvent. On reste là, sans bouger à observer les cervidés décrocher les écorces d’arbres, se câliner entres eux jusqu’à ce qu’ils quittent les lieux avec un dernier regard pour nous. Quel douce sensation… Il fait totalement nuit est je suis tellement heureuse que ça ne s’explique pas. 

Je transfère les photos et vidéos sur mon ordinateur ainsi que sur mon disque dur comme tous les soirs pendant que l’homme cuisine. On a trouvé un équilibre parfait en voyage, qui s’est installé naturellement au fil de nos expéditions. Une nuit parfaite pour les aurores nous attend alors on s’équipe comme il faut. Chaufferettes aux pieds, aux mains, et dans le dos. Direction le lac. Des igloos à ciel ouvert avec un feu de bois au milieu… qui ne rêve pas d’un endroit pareil ? Le ciel se teinte de couleurs vertes, des milliers d’étoiles brillent au dessus de nos têtes et malgré le froid on se sent bien. Puis vient une timide trainée verte, doucement entrainée par une autre se mouvant lentement puis de plus en plus rapidement dans le ciel. Quel spectacle ! Le trépied posé interpelle quelques personnes qui s’arrêtent derrière moi pour regarder les photos qui sortent sur mon écran. Ils sont émerveillés et observe mon travail de chasseuse d’aurore. Ils me complimentent et ça fait plaisir de voir tous ces sourires bienveillant. Au bout de deux bonnes heures à discuter sous les aurores on rentre se mettre au lit. Toujours difficile de rentrer quand on passe une soirée aussi magique. Mais au moins, nos rêves seront remplis d’étoiles et de danses boréales…

📍Aurora Camp Kurravaara, Jukkasjärvi💰75€/2p

JOUR 6 | UNE RENCONTRE AVEC DES MUSHER, GRAVÉE DANS LE COEUR

[Jeudi 27 février 2020] 

Trajet du jour : 3h20 [295km]

On profite de la matinée pour faire voler le drone au dessus des sapins mais aussi pour découvrir les lieux. Ici, en pleine nature, loin de la ville et de toute pollution lumineuse, il y 2 saunas et un jacuzzi que nous n’avons pas testé effectivement… Il y a des priorités dans la vie ! Et les animaux ainsi que les aurores passent avant tout. Un décor de cinéma, des petits bungalows et chalets cachés dans la foret surplombant un lac gigantesque où des traces de moto de neige se croisent et se recroisent. Les igloos ont une dimension moins impressionnante que la nuit mais donne un petit côté vallonné à la partie ouest du lac. En partant, on fait suivre la voiture au drone pour avoir des plans différents et je prends donc le volant sur la neige, à gauche avec une boite automatique pour que William conduise le drone. C’est vraiment pas si compliqué au final, juste les repères et distances qui changent ! On récupère le drone car il a un peu froid et parce qu’on rejoint la route principale.

Forêt Laponienne…

Trois heures à sillonner les régions polaires du nord de la Suède, pour rejoindre une famille Suédoise vivant du chien de traineau. On se prends à imaginer la soirée qui nous attends… Nous avons été invité à dormir chez un couple fantastique et ça reste probablement notre plus beau souvenir

L’accueil est chaleureux, Hannah nous met à l’aise, elle nous montre l’endroit où nous passeront la nuit (dans la grange) et nous invite à entrer dans sa maison. On rencontre un couple qui travaille ici en tant que bénévole. Une sorte de Wwoofing. Clara et Dan. 


Qu’est-ce que le Wwoofing ? L’idée est simple : il s’agit d’aider un exploitant agricole, ou un éleveur dans ses travaux. En échange de cette aide, ce dernier se propose de vous accueillir chez lui, gratuitement. Vous bénéficiez du gîte, du couvert et vous partagez le quotidien d’un habitant à l’autre bout de la planète. Pendant votre temps libre, vous pouvez vaquer à vos occupations et profiter de vos vacances. 


Après avoir bu un jus fait maison à base de baies, qu’on trouve par centaine ici, on suit Hannah nourrir les chiens. Après qu’ils aient bien manger, elle nous fait rentrer dans chaque enclos pour rencontrer les beaux toutous tout foufous de nous voir. Rien que ce moment est pour nous magique. Elle nous explique que cette nuit il va faire plus froid que d’habitude, et que les chiens auront besoin d’un peu plus de calories pour passer la nuit. Elle prépare des snacks qu’elle ira leur donner après manger. Jeremias arrive, l’homme de la maison, et il est très heureux de nous rencontrer. On prends l’apéro sur le canapé avec un verre de vin à côté du poêle tout en confectionnant et séparant les petits chaussons destinés aux chiens pour la sortie de demain. Clara nous demande quel chien on a préféré et on décrit comme on peut les 2 chiens qui nous ont marqué. Elle sort et nous ramène les toutous. Ils sont si heureux de nous voir qu’ils grimpent sur le canapé et se frottent à nous, cherchant les caresses. Hannah et Jeremias voit leur travail comme ça. Ils font rentrer tous les soirs des chiens différents pour garder un lien avec chacun d’entre eux sans en privilégier plus l’un que l’autre. Je trouve sa passionnant de vivre de cette façon et très éthique envers l’animal qui n’est pas considéré uniquement comme gagne pain mais faisant intégralement parti de la famille, travaillant au même titre que tout le monde. C’est un peu la maison des animaux : des chats, des chiens et des humains, tous sur le même pieds d’égalité. Tellement beau ! Après avoir manger des burgers végétariens accompagné de frites entièrement fait maison, on retourne discuter sur le canapé, comme si on se connaissait depuis toujours.. On ne voit pas la soirée passer et les verres de vin nous réchauffent. Les questions fusent, des débats s’ouvrent, malgré notre niveau d’anglais ultra basique on s’en sort plutôt bien. (C’est là où je regrette de ne pas être bilingue.) 

Hannah à encore les snacks à aller donner aux chiens et il est pas loin de minuit. Les journées sont longues pour eux. Lever 7h, coucher 00h, c’est du boulot ! Jeremias nous explique où voir des aurores sur la carte. En retournant s‘équiper à la grange on s’aperçoit que le lit avec les duvet sont prêts, ainsi qu’un mini chauffage d’appoint. Des petites lumières tamisées sont allumées, c’est très cocooning malgré la température qu’il y règne. Le lac n’est pas très loin. On passe au milieu du parc à chien pour ressortir de l’autre côté. Le petit sentier descends dans la nuit noire jusqu’à une trouée immense qui révèle déjà le tracé vert, lumineux et magique des aurores boréales. Quelle soirée… J’installe le trépied planté dans la neige et laisse l’appareil travailler pendant que l’on admire le spectacle qui danse sous nos yeux. J’ai mis une pose de 20s il me semble avec 5 prises de vue. On a le temps de profiter avant que je ne change quelques réglages. Le ciel est strié d’étoiles comme j’en ai rarement vu… Vert, bleu vers le nord et rosé vers le Sud. C’est toujours aussi impressionnant et inexplicable. Une émotion très forte qui vous bouleverse et fait ressortir toutes les mauvaises choses qui vous pourrissaient la vie pour disparaitre avec elles. Comme si vous étiez allégé d’un poids. Merci belles aurores, merci monde magique, nous te faisons la promesse de prendre soin de toi et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour te protéger autant qu’on le peut.. Il fait froid. Très froid. Voir TRÈS TRÈS FROID. On décide de rentrer car une grosse journée nous attends demain et ce sera du boulot ! Difficile de quitter les lieux quand ces filaments verts courent encore dans le ciel. Aurevoir…

Voile de lumière strié d’étoiles…

On a du mal à se réchauffer, il fait quasiment aussi froid dehors que dedans. William est quasiment assit sur le chauffage. Il me reste à transvaser les photos sur l’ordinateur et le disque dur puis je me mets enfin (toute habillée avec les vêtements techniques) dans le duvet. Ma technique c’est de mettre mes vêtements du lendemain à l’intérieur afin qu’ils soient chaud pour le matin. J’ai déplié un duvet en plus sur nous. Seuls nos yeux sortent de la capuche du duvet et nous nous endormons comme cela.

📍 Niemisel💰GRATUIT (Chez l’habitant)

JOUR 7 | CHIEN DE TRAINEAU

[Vendredi 28 février 2020] 

UNE SORTIE EN CHIEN DE TRAINEAU AU MILIEU DES ÉTENDUES VIERGES DE LAPONIE

Le matin nous nous réveillons doucement. Hannah est déjà entrain de s’afférer au loin. Il est bientôt 8h, le petit déjeuner va être servit. Finalement, nous n’avons pas eu s’y froid. Mais je ne vous explique pas pour sortir du duvet… Je me suis changée à l’intérieur comme j’ai pu, et aussitôt sortie, aussitôt j’ai enfilé mon manteau et mes chaussures. On plie les duvets et range au max la chambre avant d’aller retrouver la petite famille dans la maison principale. Jeremias nous accueille avec un large sourire. Il nous invite à s’installer autour de la table et nous demande si l’on a pas eu trop froid. En rigolant je lui fais comprendre que ce n’était pas la chaleur des tropiques effectivement. Il m’explique que les température sont descendues à -30° cette nuit. J’en reviens pas mais je comprends finalement le pourquoi du comment. Il s’enquiert de s’avoir si nous avons vu des aurores et pour leur plus grand bonheur je leur montre les photos. Ils sont émerveillés et très heureux pour nous. Le petit déjeuner ici c’est sandwich ! Du pain fait maison par Clara (qui le trouve un peu trop salé) avec du beurre, du fromage, de la confiture et un oeuf dur. Sympa de découvrir les traditions et cultures du pays. Puis vient l’heure de partir s’équiper et observer la famille s’activer pour préparer la sortie du jour.

Jeremias part aider Fredrick à Aurora Safari Camp, leur partenaire. J’en reparlerai plus tard et surtout dans un article à part tellement l’expérience est magique. Hannah nous donne de quoi s’équiper pour le froid et nous prenons tout ce que nous pouvons. Ici, il faut bien connaître ses limites et faire confiance aux locaux. Pas question de faire les malins car vous le regretterez amèrement et ça peu vous gâcher plus d’une activité ! Les clientes de Aurora Safari Camp arrivent, accompagnées de Fredrick heureux de nous rencontrer enfin. Après s’être équipées à leur tour, Hannah explique les consignes de sécurité, ce qu’il faut faire et ne pas faire, bref elle est parfaitement dans son rôle et tient à ce qu’il n’y ait pas d’incident. Chacun dans sa Sled (sorte de grosse luge en bois), deux par deux, je suis à l’intérieur pour prendre les photos et vidéos qui me serviront au montage, pour les réseaux et pour eux ça va de soi. William a déjà l’habitude, à force d’aller dans des pays polaires, on commence à s’avoir magner un traineau et faire d’autres activités nordiques. La caravane entame sa course folle pour le plus grand bonheur de chiens hurlant à la mort depuis plus d’une heure. Trépignant d’impatience, nous voila glissant sur la neige, entre les sapins pour deux heures et demi de pur plaisir. Les paysages se succèdent, entre immenses lacs gelés où nous faisons voler le drone, forets épaisses saupoudrées de neige et contrées inhabitées mélangeant les deux, je ne sais que dire de ce spectacle saisissant et renversant. On s’arrête grignoter un morceau de gâteau au chocolat fait maison, sorte de brownie à tomber par terre accompagné d’une boisson chaude aux notes fruités puis on repart de plus belle. On échange parfois les rôles pour bénéficier de toutes les sensations possibles. Il faut le vivre pour comprendre cette sensation merveilleuse. On se sent un peu comme des trappeurs et ça, c’est inoubliable. Alors MERCI Hannah et Jeremias de nous avoir fait vivre une telle expérience.

Si vous souhaitez réaliser du chien de traineau au sein même d’une famille locale, et pas dans un attrape touriste ultra rodé et calculé, où la qualité de vie des chiens est garantie faites le trajet pour rencontrer Hannah et Jeremias. Écrivez leur sur Instagram, Facebook ou sur leur Site Web, ils se feront un plaisir d’organiser votre arrivée et vous n’aurez aucun scrupule à payer une activité pareille, car elle restera à jamais graver à l’intérieur de votre coeur. Nous avons réalisée une sortie de 2h30 : >> ici <<.

🐺🛷 Chien de traineau avec Northern Soul Journeys 10h (2h30)💰210€/pers (2300SEK)

📍 Aurora Safari Camp 

JOUR 8 | AURORA SAFARI CAMP

[Samedi 29 février 2020] 

A VENIR

📍Airbnb chez Silje, à Luleå💰66€/2p

JOUR 9 | RETOUR

[Dimanche 1er Mars 2020]

Quel voyage riche en rencontres, en émotion, en animaux et en aurores boréales… Il y a quelque chose de magique dans les pays nordiques. Quelque chose qui échappe à beaucoup de monde à cause de la peur du froid. Mais outre passez vos peurs et faite le pas vers ces mondes merveilleux. Vous ne regretterez tellement pas. Ce sont des sensations que vous ne vivrez nulle part ailleurs. Vraiment, il n’y a pas de mot pour expliquer ce bouleversement intérieur que l’on ressent. Après la Finlande, l’Islande, les Iles Lofoten en Norvège et la Laponie Suédoise, on sait pertinemment que l’ivresse provoquée par ces pays là ne s’arrête pas comme ça. Une fois qu’on a gouté à ça, on ne peut plus s’arrêter. C’est un cercle vicieux qui t’entraine dans les méandres des pôles… Et qu’est-ce que c’est bon !

Laponie Suédoise

Merci de m’avoir lu, et j’espère que ça vous aura donné envie de faire un pas vers ces terres exceptionnelles. Merci à tous.

A VENIR « AURORA SAFARI CAMP | UNE PARENTHÈSE ENCHANTÉE »


Retrouvez toutes les photos du voyage sur Instagram avec le #WildtravelgirlinSWEDEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s